11 septembre 2012

Mieux parler français en 10 étapes !

La langue française est ce véhicule communicationnel qui nous rassemble et nous unit les uns avec les autres, non seulement à l'intérieur de l'espace québécois, mais aussi avec tout un monde francophone qui comprendra près de 500 millions de locuteurs d'ici 2050. Il est donc important d'être de bons gardiens de ce patrimoine et de parler cette langue de son mieux. Voici 10 astuces pour améliorer votre qualité de langue presque instantanément, tant à l'oral qu'à l'écrit.

1. Sachez que « défitinitivement » n'est pas l'équivalent du « definitely » anglais.

2. Sachez que « éventuellement » n'est pas l'équivalent du « eventually » anglais.

3. Sachez que « assumer » n'équivaut pas à « présumer » ou « supposer ». Il en va de même pour le substantif « assomption », qui doit dans ce sens être remplacé par « présomption ».

4. Remplacez « supposé » par « censé ». Ex. On n'est pas supposés censés dépasser la limite de vitesse. Ou pourquoi pas tout simplement : On n'a pas le droit de la dépasser.

5. Maîtrisez la distinction entre « régulier » et « ordinaire ».

6. Habituez-vous aux ouvrages et ressources de référence.
  • Antidote est un outil extraordinaire.
  • Presque n'importe quel dico suffit (Robert, Larousse, le Multi, etc.).
  • La BDL, le GDT et le CNRTL sont vos amis pour la vie !
7. Cessez, pour l'amour du ciel, d'employer les termes « céduler » et « canceller ».

8. N'oubliez pas que le pronom « elles » existe, et pour les êtres et pour les objets.

9. « Donne-moi-le » devrait en fait être « donne-le-moi », et « donne-moi-z-en » est censé être « donne m'en ». À l'oral, ça va encore et ça fait partie du charme du parler québécois. À l'écrit, par contre, il faut faire attention !

10. N'ayez pas peur de soigner votre langage, à bon escient bien sûr, et sachez qu'on n'en est pas moins québécois pour autant. Bien au contraire !

3 commentaires:

Thorny Rose a dit...

Ce sont les choses faciles à corriger. J'aimerais savoir ce qui se passe dans ta tête quand tu entends des exemples comme:

"J'sais tu moi!"
"Non, y vont pas m'garocher ça, faut pas que ça sfasse de même, j'ai rien à faire avec ça moi là (la)"
"C'est...comme, genre, quand on..."

On se verra quand? Tu dois occupé avec l'école...

Fair Dominion a dit...

Au contraire, ces expressions font partie du charme qui distingue le parler québécois de ses homologues européens et africains. Quand je dis « mieux parler français », je ne veux surtout pas dire « parler plus comme LES Français ».

En effet, je suis très occupé à l'école, c'est vrai, mais je suis souvent de passage à Montréal. Samedi aprèm, par exemple, j'y serai. Dimanche aussi. On se prend une p'tite bibine ?

Thorny Rose a dit...

je viens de régarder ça. mais de toute façon, j'étais à l'extérieur. Envoie-moi un text si tu viens en ville et tu veux qu'on se rencontre - 514 550 3806 - de ma part, j'aimerais faire une petite visite à sherbrooke eventuellement

Partagez